En série

Le caribou-loup revient en force, il est maintenant accompagné d’un nouveau personnage Hardi et d’une petite pensée qui le taraude constamment ” Respire par les racines”. Ces trois séries sont tapissées de pochoirs sur papier aquarelle.

Végétation: série de peintures 2021

Cette nouvelle série de peintures est inspirée de l’artiste peintre américaine Cecily Brown. En admirant ces œuvres, Cecily Brown m’a insufflé le goût de créer du mouvement dans la peinture, d’appliquer de la couleur aussi vibrante que le printemps et aussi chaude que l’été. En positionnant la plasticité du médium au premier plan de ma démarche, je réduis le message a sa plus simple signification, c’est-à-dire, pas grand-chose. On m’a déjà dit sur ce point : « si tu désires, livrer un message à la population devient facteur. » 

Ma série Végétation n’est pas dénuée de sens, mais elle est essentiellement plastique et esthétique. Je recherche l’équilibre des couleurs, le contraste ultime, la balance adéquate. C’est tout un défi de rechercher l’harmonie intérieure lorsque celle-ci semble inexistante à l’extérieur de chez soi. Accepter les erreurs, les dégoulinades, les imperfections, ne pas avoir peur d’apposer du brun au côté du violet et vivre en paix avec les textures de trop, voici mes motivations, voilà ma passion.

Les peintures sur différents thèmes et même medium – l’huile.

La plupart de ces toiles n’existent plus, elles ont été des moments d’expressions éphémères mais pas totalement disparues.

Les bourreaux vous saluent

http://www.youtube.com/watch?v=PpFa0K1gs4Q

Ma pensée créatrice se concentre principalement autour de l’essai de Susan Sontag “Regarding the pain of others”. Je m’interroge sur les différentes réactions de l’Homme lorsqu’il est face à des situations insoutenables, tel que des comportements de lassitude, d’indifférence ou d’absence de compassion. Le bourreau m’est alors apparu évident comme personnage représentatif de ces maux. Je travaille autant avec l’idée de l’éxecutant d’ordres (bourreau) que l’être passif (victime). Ces deux entités portent le même chapeau.

La cagoule de l’éxecuteur dans ce cas-ci l’escroc de la finance ou le bourreau à cravate prends des allures de monarque impénitent. Au sommet de sa tour d’ivoire il est intouchable, inatteignable et construit sa fortune sur la sueur des travailleurs et des épargnants. Notre société glorifie ces tortionnaires, sauveurs de nations, administrateurs de sang, calculateurs de cri. J’ai fait cette série pour crier ma révolte, mon impuissance et mon désarroi face à ce système néo-libéraliste sauvage. À ma manière je dénonce ces injustices sociales, ceci est d’ailleur représenté par la technique du tissage qui incarne mon dégout. En plus de ces éclaboussures d’aversion, l’aspect brupt du support (jute et plâtre) campe le sujet dans un univers rude, cru, teinté d’ironie et d’humour noir.

La cagoule du passif, elle, se veut une carapace de béton armée me protègeant des diverses atrocités quotidiennes. Dans l’anonymat de mon indifférence je porterai bien lourdement le voile imbibé d’horreurs et me cacherai derrière la douleur des autres, un monde de masques, avec une majorité de muselé sous une minorité de trancheurs de têtes.

Herbiers de tous genres

Cette nouvelle recherche sur les plantes sauvages nordiques n’aurait pas eu lieu sans les trouvailles dans les livres et sites internet suivants: «le savoir botanique des Inuits d’Umiujaq et Kuujjuarapik, Nunavik» et celui aussi sur Kangirsujuak d’Alain Cuerrier. Le site articplants.myspecies.info, une énorme banque de données. Le livre, «Plants that we eat», magnifique et trouvé à la bibliothèque du Jardin botanique de Montréal. Ce projet d’herbier est en pleine croissance, aujourd’hui il est bourgeon et demain une fleur émergera.

Étude photographique et collage, herbier nouveau genre. 2014

bandepremiere

je cours, tu cours, il a couru

The series My ancestors, coureurs des bois, 2012, made of serigraphy and weaving, touches on Métis, mother courage, free man, explorer, and all of men and women who have made the Québec I now live in.

News and current affairs make me gloomy or cynical, I was flushing a bit of cynicism in the series Les Bourreaux /Hang men, 2012. The future as I see it now, from my point of view, lies in a black hole, made of regression and destruction. As I lost my illusions into the future I look back at my ancestors stories and find something to hold on to, something to nourish me. As my creative thoughts seek out where I come from to perhaps one find out where I am going, my hands practise the movements and learn the techniques of weaving. Weaving is a trade that is being passed down through generations in my family. My mom taught me the rudiments of it and I now use it as a base for artistic explorations. The themes and ideas in my work touch on common knowledge while the technique with which they materialize comes from family traditions. I want to honour the great pioneers of past decades as much as the closer and equally important hands on traditional and family transmitted knowledge. I seek to give a moment of contemplation to today’s generations while questioning the impact of a forgotten colonial past on future generations.